La Montagne du Destin !
samedi 23 mars
  • JPEG - 186.1 ko
  • JPEG - 165.3 ko
  • JPEG - 105.1 ko
  • JPEG - 256.6 ko
  • JPEG - 108.8 ko
  • JPEG - 245.7 ko
  • JPEG - 279.5 ko
  • JPEG - 518.5 ko
  • JPEG - 545.5 ko
  • JPEG - 223.2 ko
  • JPEG - 188.7 ko
  • JPEG - 310.9 ko
  • JPEG - 212.4 ko
  • JPEG - 185.4 ko
  • JPEG - 211.9 ko
  • JPEG - 260.1 ko
  • JPEG - 222.1 ko
  • JPEG - 321.1 ko
  • JPEG - 310.1 ko
  • JPEG - 302.2 ko
  • JPEG - 223.7 ko
  • JPEG - 251.9 ko
  • JPEG - 227.8 ko
  • JPEG - 112.5 ko
  • JPEG - 137.8 ko
  • Le Tongagiro National Park au centre de l’Ile du Nord est un parc constitué de 3 volcans majeurs : le Mount Tongariro, le Mount Ruapehu encore un peu enneigé et le Mount Ngauruhoe, alias la Montagne du Destin dans le Seigneur des Anneaux, film que les enfants ont découvert et adoré pendant le voyage. Ce Mount Ngauruhoe a une forme conique parfaite et est toujours actif comme ses deux voisins. Nous avons passé la nuit en « free camping » avec une vue imprenable sur ces volcans d’un côté et encore un magnifique coucher de soleil de l’autre. A la fin du coucher de soleil, comme le temps était clair, nous avons eu la surprise de découvrir au loin le Mount Taranaki, distant d’environ 150 kilomètres. J’étais ravie car nous avons dû faire l’impasse sur cette région, qui nous aurait fait faire un trop grand détour.

    Au petit matin, nous avons entamé LA randonnée la plus connue de Nouvelle-Zélande : le Tongariro Alpine Crossing. D’ailleurs, il y avait un monde fou. Il s’agit normalement d’une traversée de près de 20 km du Parc National, sans retour sur nos pas. Mais l’activité volcanique sur la fin du parcours étant trop importante en ce moment, la randonnée s’arrête à mi-chemin. Nous avons traversé une succession de paysages magnifiques : d’abord de la lande de bruyère, un espace plus lunaire avec des roches volcaniques, un ancien cratère tout plat, avant d’arriver vers le Red Crater qui dévoile une superbe couleur rouge, puis les Esmerald Lakes d’un très beau bleu. Des émanations de vapeur sortaient du sol, on sentait même la chaleur sous nos mains. Cette chaleur était d’ailleurs la bienvenue tant il faisait froid là-haut. L’odeur de soufre était aussi perceptible. Comme d’habitude, nous avons ramassé des cailloux, très légers cette fois : quelques pierres de lave. Antonin et Basile ont marché comme des chefs avec leur copain Augustin lors de cette balade de près de 8 heures pas toujours facile avec notamment des montées raides dans un sol bien meuble. Gaspard est tout aussi valeureux car il a fait une partie de la balade avec nous, puis a rebroussé chemin avec Jérome et Lise. Il a marché 5 heures presque sans broncher. Chapeau les enfants ! Cette balade a été possible car nous l’avons faite avec Claire et Raynal (avec leur petit Arthur sur le dos) en faisant 2 groupes de marcheurs.

    En repartant en voiture vers le Lac Taupo, nous avons compris pourquoi la fin de la traversée n’était pas envisageable : les fumées qui s’élevaient au-dessus des cratères étaient bien visibles et sans aucun doute dangereuses et nocives.

    Commentaires
    - 3/04/2013

    Vous êtes vraiment de grands marcheurs endurants et les enfants sont dans la même lignée !
    Vous avez eu raison de ne pas approcher de trop près levolcan , car pour l’avoir fait il y a .... fort longtemps , près du Vésuve, je me souviens encore des désagréables odeurs soufrées qui piquent gorge et nez (obligation de se mettre un mouchoir ou foulard mouillé sur le nez ), et de mes vêtements décolorés par les fumerolles !!!
    En tout cas bravo pour votre vaillance !
    Et merci de nous faire découvrir d’aussi beaux paysages . A couper le souffle , comme dit JClaude .
    Je crains que l’’Hexagone vous paraisse bien petit en rentrant !
    Françoise et JClaude


    .

    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Un message, un commentaire ?
    • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

    Qui êtes-vous ? (optionnel)