Du repos à Kampot au Cambodge !
mercredi 9 janvier
  • JPEG - 221.2 ko
  • JPEG - 340.3 ko
  • JPEG - 384.4 ko
  • JPEG - 258.8 ko
  • JPEG - 336.2 ko
  • JPEG - 227.7 ko
  • JPEG - 307.7 ko
  • JPEG - 330.3 ko
  • JPEG - 279.1 ko
  • JPEG - 301.9 ko
  • JPEG - 311.6 ko
  • JPEG - 218.5 ko
  • JPEG - 259.6 ko
  • JPEG - 260.8 ko
  • JPEG - 316.7 ko
  • JPEG - 141.5 ko
  • JPEG - 81.4 ko
  • JPEG - 281 ko
  • JPEG - 375.8 ko
  • JPEG - 349.2 ko
  • JPEG - 188 ko
  • JPEG - 231.8 ko
  • JPEG - 205.3 ko
  • JPEG - 147.5 ko
  • JPEG - 205.1 ko
  • JPEG - 235.4 ko
  • JPEG - 131.4 ko
  • JPEG - 220.7 ko
  • Nous sommes arrivés au Cambodge le 3 janvier. Courte escale à Phnom Penh où nous avons retrouvé les parents de Jérome qui vont nous accompagner quelques jours. Les enfants sont plus que contents de retrouver leurs grands-parents...

    A partir du 5, direction Kampot où nous avons réservé pour 4 nuits aux Manguiers, une guesthouse au bord de la rivière, parfaite pour explorer les environs, et surtout avec une grande aire de jeux pour les enfants (et les grands). Nous avons décidé de faire une pause CNED. Alors, entre les plongeons dans la rivière, les parties de badminton, de ping-pong… les enfants en ont profité à fond ! D’autant plus que pour la première fois, ils ont pu jouer avec des enfants français de leur âge. Tous, nous y avons savouré les délicieux plats préparés par les Manguiers. (La palme revient aux calamars préparés avec du poivre de Kampot. Un délice !)

    Kampot est situé dans une grande plaine de rizières parsemées de cocotiers et de petites maisons sur pilotis. Des vaches toutes maigres y paissent paisiblement. Des collines se dressent aux alentours, en particulier le parc national du Bokor que nous avions visité il y a 10 ans, avec à son sommet les vestiges d’un grand hôtel (Bokor Palace), d’une église et d’une villa appartenant à la famille royale, le tout ayant été abandonné et détruit par les Khmers Rouges. Mais… des chinois ont racheté les terres pour y installer casinos, hôtels de luxe… Nous avons donc zappé cette excursion, par peur d’être déçus.

    Nous avons préféré louer des vélos et nous balader sur les pistes de terre aux alentours. Dans l’une des pagodes que nous avons visitées en chemin, nous sommes arrivés au milieu d’une fête en l’honneur des moines qui passaient leur examen annuel. Les villageois s’étaient réunis en apportant de nombreux plats pour les moines, mais aussi à partager entre eux. Et nous avons été accueillis les bras ouverts à partager leur repas composé de très nombreux plats khmers… Le « moine en chef », en visite prochainement à Paris, nous a même demandé notre adresse. On ne s’étonnera donc pas de voir peut-être arriver à Barbès, un bonze tout de orange vêtu !

    Nous nous sommes baladés en kayak sur la rivière, en passant par la « Cathédrale Verte », une étroite boucle bordée de bambous et de cocotiers qui forment une voûte toute verte au-dessus de nous. Rien que les cris des oiseaux, et le clapot de l’eau avec les rames…

    Pour notre dernière journée, nous avons pris la direction de Kep en tuk-tuk. Kep est une petite ville très étendue au bord de la mer. C’était auparavant un lieu de villégiature des français au temps de l’Indochine. Depuis l’indépendance, et surtout depuis la période des Khmers Rouges, les villas ont été abandonnées et donnent un air de ville assoupie à Kep. Mais en comparaison avec ce que nous avions vu il y a 10 ans, la renaissance de la ville est assurément en cours : de nouvelles constructions apparaissent et les touristes sont revenus. La spécialité de Kep est son crabe, cuisiné en particulier sauté avec le poivre vert de Kampot. Une saveur incomparable ! Sur le chemin vers Kep, nous avons d’ailleurs visité une plantation de ce fameux poivre. Les baies peuvent se manger vertes, directement cueillies dans l’arbre, ou sèches (noires, rouges ou blanches). Promis, on vous fera goûter à Paris ! Toujours en chemin vers Kep, nous avons visité la grotte Phnom Chhnork qui abrite un tout petit temple dédié à Shiva vieux de 1300 ans, et des formes de rochers qui évoquent des éléphants. Jérome et Antonin y ont joué aux explorateurs en se faufilant dans le dédale de cavités.

    Enfin, au cours d’une balade de nuit en bateau, nous avons découvert les surprises que la rivière nous réserve : des poissons sauteurs partout, des lucioles dans les arbres, et du plancton phosphorescent qui apparaît dès qu’on agite l’eau. Superbe ! Cette rivière est très particulière puisqu’en saison des pluies, l’eau est douce, et au moment de la saison sèche (en ce moment), l’eau est salée.

    Ces premiers jours au Cambodge nous ont offerts de très beaux paysages, du calme et surtout de magnifiques sourires des cambodgiens. Quelques jours supplémentaires aux Manguiers auraient été les bienvenus, mais Phnom Penh nous attend…

    Commentaires
    Samia et Nawel
    - 14/01/2013

    Coucou les amis, Nawel et moi , on vient de lire vos derniers périples pendant le goûter. Comment allez-vous ? Toujours très intéressants vos commentaires. Certains endroits du Cambodge ont l’air d’avoir changé depuis votre dernière visite.. Ah, trop tentant ton poivre, je peux passer une petite commande ? Ici, la neige est annoncée, alors tenue chaude exigée ! J’imagine la joie des garçons de revoir leurs grands-parents. Nawel va fêter ses 10 ans !!! ; anniv samedi + week end à la, plagne prévu avec ses copines.. Continuez bien l’aventure...Bises Samia et Nawel

    TIGER
    - 14/01/2013

    OUPS Viiiite viiite avec le décallage je suis très en retard... EXCELLENT ANNIV à Céline.

    biz


    .

    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Un message, un commentaire ?
    • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

    Qui êtes-vous ? (optionnel)