Hampi, des vestiges dans un paysage rocailleux
jeudi 20 février
  • JPEG - 154.5 ko
  • JPEG - 101.8 ko
  • JPEG - 146.7 ko
  • JPEG - 150.9 ko
  • JPEG - 175.6 ko
  • JPEG - 160.4 ko
  • JPEG - 180 ko
  • JPEG - 187.8 ko
  • JPEG - 193.8 ko
  • JPEG - 133.5 ko
  • JPEG - 139.3 ko
  • JPEG - 154.9 ko
  • JPEG - 175 ko
  • JPEG - 114.2 ko
  • JPEG - 117.1 ko
  • JPEG - 118.8 ko
  • JPEG - 201.1 ko
  • JPEG - 146 ko
  • JPEG - 130.6 ko
  • JPEG - 180 ko
  • JPEG - 162.4 ko
  • JPEG - 165.8 ko
  • JPEG - 199.7 ko
  • JPEG - 110 ko
  • JPEG - 71.8 ko
  • JPEG - 130.4 ko
  • JPEG - 109.4 ko
  • JPEG - 171.6 ko
  • JPEG - 167.7 ko
  • JPEG - 150.6 ko
  • JPEG - 137.4 ko
  • JPEG - 136.2 ko
  • JPEG - 114.9 ko
  • JPEG - 107.4 ko
  • JPEG - 173.1 ko
  • JPEG - 132.3 ko
  • JPEG - 167.4 ko
  • JPEG - 7.7 Mo
  • JPEG - 236 ko
  • JPEG - 201.5 ko
  • JPEG - 148.7 ko
  • JPEG - 136.7 ko
  • JPEG - 188.7 ko
  • JPEG - 142.7 ko
  • JPEG - 142.2 ko
  • Hampi est une ancienne ville du XIVème au XVIème siècle, qui avait même le rang de capitale du dernier grand royaume hindou de Vijayanagar avec 500 000 habitants. Suite au siège de la confédération islamique du Deccan en 1565, Hampi a quasiment disparu. Aujourd’hui, le village ne compte que 3500 habitants dans un somptueux paysage qui mélange les cocoteraies, bananeraies et surtout des blocs arrondis de rochers qui sont empilés les uns sur les autres avec un équilibre qui semble bien fragile, le long d’une rivière. La Butter ball de Mamallapuram semble un peu ridicule à côté !

    Il existe apparemment 3700 vestiges répertoriés de l’ancienne ville d’Hampi. Deux zones se distinguent particulièrement : la zone sacrée avec les temples, et la zone royale, que nous visitons toutes les 2. Dans la zone des temples, seul un temple reste en activité avec un éléphant qui bénit les donneurs d’offrande… Le mieux conservé et inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco est celui de Vittala. Nous l’avons visité en toute fin de journée avec le soleil qui commençait à donner de très belles couleurs à la pierre. Nous avons arpenté la zone sacrée à pied, et avons loué 2 mobylettes pour la zone royale plus éloignée. (Grande première pour Antonin !). La zone royale a des vestiges moins bien conservés que celle des temples, car presque uniquement les temples étaient construits tout en pierre. Les autres bâtiments avaient bien des fondations en pierre, mais le reste était en bois… Trois bâtiments de la zone royale sont quand même magnifiquement conservés : le Bain de la Reine, les étables des éléphants (oui, oui !) et le Lotus Mahal, bâtiment conçu pour apporter de la fraîcheur à la reine. Les murs d’enceinte sont faits à partir de grosses pierres taillées et agencées presque aussi bien que par les incas (presque car les incas sont vraiment imbattables sur ce point).

    Fin de journée, nous sommes montés en haut de la colline de Matanga, pour dominer Hampi, et admirer le coucher du soleil. La montée est un peu raide, avec des rochers et des marches un peu glissants mais elle vaut vraiment le coup. Nous étions nombreux au sommet, et c’était drôle de voir que les indiennes (en sari bien sûr), préféraient descendre pieds nus, leurs chaussures à la main pour être plus à l’aise…

    Qui dit coucher de soleil, dit aussi lever de soleil, cette fois à au temple de Mayalavanta. Tout aussi magique. Avec notre mobylette, nous avons rejoint l’autre côté de la rivière, en faisant un énorme détour pour atteindre un pont, et rejoindre le village d’Anegundi. Nous avons grimpé en tout début de matinée les 570 marches du temple d’Hanuman, qui aurait vu naître Hanuman justement, le dieu à l’apparence de singe. Vraiment, le paysage ici est somptueux, et tout est d’un calme…

    Pour le dernier jour, matinée d’escalade (de bloc) pour les enfants avec Sunny. Hampi est réputée pour ses rochers. D’ailleurs, en janvier une compétition s’y est déroulée. L’escalade de bloc est très différente de celle de falaise car plus technique. Antonin, Basile et Gaspard ont adoré cette matinée. Puis en fin de journée, nous avons marché jusqu’aux « cascades » d’Hampi. En réalité, ce ne sont pas de grandes cascades telles qu’on les imagine mais plutôt des chutes d’eau sous des empilements de rochers. Très chouette.

    Nous avons beaucoup aimé notre séjour à Hampi (d’où le nombre de photos très élevé sur ce post ! Trop difficile de faire la sélection parmi les 800 prises...). Nous n’avons pas logé dans le Hampi Bazaar, mais à 4 km de là. Le Hampi Bazaar est un village collé aux ruines, très vivant (notamment avec le Mango Tree et son ambiance chill out) mais un peu anarchique… La vie autour de la rivière est aussi très animée le long des ghats (escaliers descendants vers l’eau). Les indiens y viennent se laver en famille (et tout habillées pour les femmes), c’est toujours étonnant et coloré !

    L’Unesco a classé le site d’Hampi en danger du fait de cette urbanisation non autorisée. Certains bâtiments d’Hampi Bazaar ont déjà fait l’objet d’expulsion puis de destruction en 2011. Pendant que nous y étions ce sont les bâtiments du village face à la rivière Virupapur Gaddi qui subissaient le même sort.

    Et pour finir, Hampi a été aussi pour Jérome sa première expérience de conduite de rickshaw sur quelques kilomètres… :)

    Commentaires
    Françoise JAMBILLOUX
    - 26/02/2020

    Très belle étape riche en architecture et scènes typiques autour de la rivière ! c’est l’Inde touristique tel qu’on l’attend !


    .

    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Un message, un commentaire ?
    • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

    Qui êtes-vous ? (optionnel)