L’héritage des Incas autour de Cusco
lundi 17 juin
  • JPEG - 316 ko
  • JPEG - 259.4 ko
  • JPEG - 210.2 ko
  • JPEG - 249.7 ko
  • JPEG - 364.6 ko
  • JPEG - 237.7 ko
  • JPEG - 247.4 ko
  • JPEG - 213.1 ko
  • JPEG - 235.8 ko
  • JPEG - 252.1 ko
  • JPEG - 226.2 ko
  • JPEG - 254.6 ko
  • JPEG - 217.1 ko
  • JPEG - 194.7 ko
  • JPEG - 209.7 ko
  • JPEG - 231.4 ko
  • JPEG - 226.5 ko
  • JPEG - 166.7 ko
  • JPEG - 255.8 ko
  • JPEG - 235 ko
  • JPEG - 438.4 ko
  • JPEG - 273.1 ko
  • JPEG - 287 ko
  • JPEG - 230.3 ko
  • JPEG - 204.5 ko
  • JPEG - 287.8 ko
  • JPEG - 268.3 ko
  • JPEG - 240.6 ko
  • JPEG - 239.2 ko
  • Le nombre de vestiges archéologiques de la période inca est énorme. Nous avons visité une partie de ces sites. Voici une brève description par ordre chronologique de nos visites…

    Moray : un amphithéâtre inca dont la première hypothèse d’utilisation était la tenue de réunions politiques, économiques, religieuses, pouvant rassembler jusqu’à 50 000 personnes. En réalité, Moray était aussi utilisé comme lieu d’expérimentation botanique : les incas ont semble-t-il testé les impacts de l’altitude sur leurs différents types de cultures. Cet amphithéâtre construit avec différents niveaux de terrasses, enregistre en effet une différence de température jusqu’à 15° entre le haut et le bas, avec également différents niveaux d’humidité.

    Salineras de Maras  : depuis plus de 1000 ans, la source d’eau salée est exploitée pour en extraire le sel qu’elle contient. L’exploitation avait commencé avant les incas et se poursuit encore aujourd’hui. Le système d’irrigation en escalier n’a pas bougé depuis tout ce temps… Rencontres sympathiques avec le polyglotte italien Michele, et avec une famille suisse en voyage avec 3 filles (lespiedssurlaterre.com).

    Ollantaytambo : Ville étape pour prendre le train vers le Machu Picchu, Ollantaytambo abrite aussi les vestiges d’une forteresse à flanc de collines. Pour résister aux tremblements de terre, les incas ont construit cette forteresse avec une maîtrise incroyable de la taille des pierres. Des blocs énormes ont été transportés depuis l’autre côté de la rivière à 6 km de là, notamment pour édifier un temple du soleil. Les pierres sont si précisément taillées qu’elles s’emboitent impeccablement les unes avec les autres.

    Pisac : Pour rejoindre Pisac, dans la Vallée Sacrée, nous avons d’abord pris un combi, puis un taxi pour monter tout en haut du site. Encore des terrasses, des vestiges de villages incas et aymaras. La descente à pied vers le village est ponctuée de ruines avec une vue impressionnante voire vertigineuse sur la vallée. En plus, nous avons passé cette belle journée avec les 4 somnambules. (à refaire en Auvergne ?)

    Commentaires
    Solène
    - 20/06/2013

    Là, vous êtes en plein dessin animé "les cités d’or" !
    Coup de coeur pour la Bolivie, non ?


    .

    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Un message, un commentaire ?
    • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

    Qui êtes-vous ? (optionnel)